Retraites : la plus grosse usine hydro-électrique à l’arrêt (CGT)

La centrale de Grand’Maison, en Isère, l’usine hydro-électrique la plus puissante de France, a été mise à l’arrêt depuis mardi matin pour protester contre la réforme des retraites, a annoncé la CGT en soirée.

Publié le  à 0 h 0

Retraites : la plus grosse usine hydro-électrique à l’arrêt (CGT)

Cette action a été décidée en assemblée générale par les grévistes du site "qui se sont installésen piquet de grève reconductible pour une durée indéterminée", précise le syndicat, ajoutant que les grévistes "décideront dans les jours qui viennent des suites à donner au mouvement".

Selon EDF, la centrale de Grand’Maison est composée de deux usines qui totalisent 12 groupes d’une puissance installée totale de 1.800 mégawatts, soit 9% de la puissance du parc hydraulique exploité par EDF en France.

La CGT Énergie avait annoncé lundi une semaine "rythmée par la grève et des actions innovantes partout en France" pour obtenir "une retraite solidaire décente" et défendre "l’exigence du service public". Le syndicat a déjà revendiqué, mardi matin, une importante coupure de courant en région parisienne, sur la zone d’Orly et de Rungis.

La réforme des retraites doit être présentée vendredi en Conseil des ministres après sept semaines deconflit social.

ppy/or

🔍 Avis & notations

Avis des lecteurs de Retraites : la plus grosse usine hydro-électrique à l’arrêt (CGT) :
Aucun avis
Aucun avis
👉 Votre note pour Retraites : la plus grosse usine hydro-électrique à... ? Je note Retraites : la plus grosse usine hydro-électrique à l’arrêt (CGT)

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Retraites : la plus grosse Publiez votre commentaire ou posez votre question...

À lire également

Résultats 2023 Crédit Mutuel

Encore un nouveau record de bénéfices pour une banque française. Crédit Mutuel Alliance Fédérale a enregistré près de 4 milliards d’euros de (...)

Résultats BPCE 2023

La hausse rapide des taux d’intérêts a fait fortement baissé les revenus des entités du groupe, de l’ordre de 7%. Les bénéfices nets s’écroulent (...)