Retraites : l’accès au marché de Rungis perturbé dans la nuit par 400 manifestants

L’accès au marché international de Rungis a été légèrement perturbé dans la nuit de jeudi à vendredi par environ 400 personnes répondant à l’appel de la CGT, qui se sont rassemblées pendant trois heures devant l’un des cinq péages avant de se disperser, a-t-on appris auprès de la direction.

Publié le  à 0 h 0

Retraites : l’accès au marché de Rungis perturbé dans la nuit par 400 manifestants

Les manifestants, qui contestaient le projet de réforme des retraites du gouvernement, ont bloqué "de manière pacifique et dans le calme" le péage de Thiais, l’un des cinq qui permet d’accéder au marché, selon la direction, qui confirmait une information du Parisien.

Celle-ci avait toutefois été prévenue et elle a pu avertir les forces de l’ordre, qui ont empêché le rassemblement de pénétrer à l’intérieur de l’enceinte, ainsi que les grossistes.

Arrivés vers minuit et demi, les manifestants ont déployés quelques banderoles et "se sont dispersésd’eux-mêmes" vers 03H30, a-t-on appris de même source.

"L’activité du marché n’a pas été perturbée", a assuré la direction à la veille des vacances scolaires de Noël, alors qu’il s’agit de l’une des plus grosses journée de l’année pour les opérateurs.

🔍 Avis & notations

Avis des lecteurs de Retraites : l’accès au marché de Rungis perturbé dans la nuit par 400 manifestants :
Aucun avis
Aucun avis
👉 Votre note pour Retraites : l'accès au marché de Rungis perturbé... ? Je note Retraites : l’accès au marché de Rungis perturbé dans la nuit par 400 manifestants

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Retraites : l'accès (...) Publiez votre commentaire ou posez votre question...

À lire également

Résultats 2023 Crédit Mutuel

Encore un nouveau record de bénéfices pour une banque française. Crédit Mutuel Alliance Fédérale a enregistré près de 4 milliards d’euros de (...)

Résultats BPCE 2023

La hausse rapide des taux d’intérêts a fait fortement baissé les revenus des entités du groupe, de l’ordre de 7%. Les bénéfices nets s’écroulent (...)