Marseille : une barre d’immeuble vétuste et dangereuse totalement évacuée

Le bâtiment A du Parc Corot, au Nord de Marseille, une barre d’immeuble très délabrée, a été totalement vidée de ses occupants avec l’évacuation lundi matin de 152 personnes qui y vivaient encore, a-t-on appris de source proche du dossier.

Publié le  à 0 h 0

Marseille : une barre d’immeuble vétuste et dangereuse totalement évacuée

Cet immeuble envahi par les rats, aux murs recouverts de moisissure et à l’électricité délabrée, faisait l’objet depuis plusieurs mois des plaintes des habitants et des voisins.

La crise ouverte par l’effondrement de deux immeubles du centre de Marseille, qui a fait 8 morts le 5 novembre, a révélé l’ampleur du fléau de l’habitat vétuste dans la cité phocéenne et précipité son évacuation.

Cette évacuation avait commencé fin novembre, après que la mairie avait pris un arrêté "d’insécurité imminente", avec le déménagement et le relogement de 30 familles, locataires et propriétaires.

Lundi matin, les forces de police ont procédé "sans incident", selon une source proche du dossier, à l’évacuation des autres appartements, pour la plupart squattés.

Leurs occupants ont été transportés et "mis à l’abri" dans un gymnase du nord de la ville, où le Samu social examine leur situation, a ajouté cette source.

🔍 Avis & notations

Avis des lecteurs de Marseille : une barre d’immeuble vétuste et dangereuse totalement évacuée :
Aucun avis
Aucun avis
👉 Votre note pour Marseille : une barre d'immeuble vétuste et... ? Je note Marseille : une barre d’immeuble vétuste et dangereuse totalement évacuée

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Marseille : une barre d'i Publiez votre commentaire ou posez votre question...

À lire également

Résultats 2023 Crédit Mutuel

Encore un nouveau record de bénéfices pour une banque française. Crédit Mutuel Alliance Fédérale a enregistré près de 4 milliards d’euros de (...)

Résultats BPCE 2023

La hausse rapide des taux d’intérêts a fait fortement baissé les revenus des entités du groupe, de l’ordre de 7%. Les bénéfices nets s’écroulent (...)