Chute de la production de crédits immobiliers, hausse de la proportion des primo-accédants

Les primo-accédants sont de nouveau les plus nombreux à obtenir leur crédit immobilier, depuis novembre dernier, selon les dernières statistiques publiées par la Banque de France.

Publié le

Crédit immobilier : des volumes d’octrois en forte baisse

Sans surprise, en pleine crise immobilière, le volume de crédits immobiliers octroyés est en forte baisse. Cette baisse correspond à la chute du volume des transactions immobilières sur 2023, de l’ordre de 20%. Les acheteurs patientent en attendant des baisses de prix plus significatives. Les agents immobiliers "travaillent" ainsi les vendeurs dans ce sens. Après la flambée des prix de ces dernières années, il serait sain que ce marché de l’immobilier affiche des baisses bien plus importantes que celles rencontrées en 2023. La proportion de transactions immobilières, en cash, sans recours au crédit, est ainsi en hausse, et dépasse désormais les 20 % habituellement constatées ces dernières années.

Une production de crédits immobiliers en chute libre

Logiquement, la chute des octrois de crédits immobiliers est corrélée avec la baisse du volume de transactions, estimée à -20% sur l’année 2023. Alors que les chiffres de décembre ne sont pas encore connus, les octrois de crédits immobiliers sur 2023 ne devraient pas dépasser les 150 milliards d’euros. L’année précédente le total était de 218 milliards d’euros de nouveaux crédits immobiliers accordés, hors renégociation de crédits.

AnnéesProduction en milliards d’€Variations
2019 193 -
2020 195 + 1.03%
2021 225 + 15.38%
2022 218 - 3.11 %
2023 135 - 38.07 %
Production annuelle de crédits à l’habitat (hors renégociations) aux particuliers, en Mds€, source BDF

Les primo-accédants majoritaires

Alors que certains médias rapportent des difficultés majeures pour les primo-accédants, les chiffres ne confirment pas cette situation. Les primo-accédants sont redevenus majoritaires pour l’octroi des crédits immobiliers. Une situation qui ne s’était pas produite depuis novembre 2018.

Ainsi, la Banque de France, dans sa publication sur les statistiques des crédits immobiliers au mois de novembre 2023, conclut que des indicateurs complémentaires montrent qu’en France les prêts immobiliers sont restés accessibles à toutes les catégories d’emprunteurs. La part de primo-accédants pour l’achat d’une résidence principale représente la moitié de la production.

Des taux d’intérêts potentiellement en hausse

Alors que quelques banques ont déjà abaissé timidement leurs taux de crédits immobiliers, le contre-pied d’une remontée des taux d’intérêts de marché

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers (TAEG) - Données actualisées au 04/01/2024
Durées de crédit Taux élevés (15% apport) Taux moyens (30% apport) Taux faibles (50% apport)
7 ans 4,54 % ??Taux supérieur au seuil de l’usure de 4.53% 4,25 % 3,55 %
10 ans 4,73 % ??Taux supérieur au seuil de l’usure de 4.53% 4,35 % 3,75 %
15 ans 5,24 % 4,55 % 4,20 %
20 ans 5,54 % 4,70 % 4,40 %
25 ans 6,24 % 4,85 % 4,55 %
(*) Mise à jour effectuée le 04/01/2024 . Taux assurance incluse d’un taux moyen d’assurance emprunteur de 0.45%. Taux moyens de marché (avec 30% d’apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

🔍 Avis & notations

Avis des lecteurs de Chute de la production de crédits immobiliers, hausse de la proportion des primo-accédants :
Aucun avis
Aucun avis
👉 Votre note pour Chute de la production de crédits immobiliers, hausse de... ? Je note Chute de la production de crédits immobiliers, hausse de la proportion des primo-accédants

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Chute de la production de Publiez votre commentaire ou posez votre question...

À lire également

Résultats 2023 Crédit Mutuel

Encore un nouveau record de bénéfices pour une banque française. Crédit Mutuel Alliance Fédérale a enregistré près de 4 milliards d’euros de (...)

Résultats BPCE 2023

La hausse rapide des taux d’intérêts a fait fortement baissé les revenus des entités du groupe, de l’ordre de 7%. Les bénéfices nets s’écroulent (...)