Centres commerciaux de plein air : la foncière Frey lève plus de 200 M EUR

La foncière française Frey, spécialisée dans l’immobilier commercial, a annoncé mardi avoir levé 201,9 millions d’euros pour financer sa croissance, notamment des projets de centres commerciaux de plein air.

Publié le  à 0 h 0

Centres commerciaux de plein air : la foncière Frey lève plus de 200 M EUR

Il s’agit d’une augmentation de capital en numéraire pour "participer au financement de l’important portefeuille de projets en cours de développement", notamment des réaménagements de zones commerciales à Strasbourg et Montpellier, a précisé le groupe dans un communiqué.

"Depuis notre cotation en Bourse il y a 10 ans, notre groupe a toujours pu compter sur le soutien de ses actionnaires, fidèles ou nouveaux, et je les en remercie. Cette fois encore, la réussite de cette levée de fonds confirme leur confiance dans notre stratégie de croissance", a déclaré Antoine Frey, PDG de la foncière, cité dans le communiqué.

Frey développe actuellement 14 projets "pour un montant total d’investissement de 915 millions d’euros, dont 725 millions d’euros sont à vocation patrimoniale", a-t-il ajouté. Le groupe envisage aussi d’acquérir de nouveaux actifs immobiliers.

juj/fka/cj

🔍 Avis & notations

Avis des lecteurs de Centres commerciaux de plein air : la foncière Frey lève plus de 200 M EUR :
Aucun avis
Aucun avis
👉 Votre note pour Centres commerciaux de plein air : la foncière Frey lève... ? Je note Centres commerciaux de plein air : la foncière Frey lève plus de 200 M EUR

Une question, un commentaire?

💬 Réagir à cet article Centres commerciaux de plein Publiez votre commentaire ou posez votre question...

À lire également

Résultats 2023 Crédit Mutuel

Encore un nouveau record de bénéfices pour une banque française. Crédit Mutuel Alliance Fédérale a enregistré près de 4 milliards d’euros de (...)

Résultats BPCE 2023

La hausse rapide des taux d’intérêts a fait fortement baissé les revenus des entités du groupe, de l’ordre de 7%. Les bénéfices nets s’écroulent (...)