Bulle immobilière : Paris en zone rouge, loin devant New-York ou Londres, selon UBS

La présence d’une bulle immobilière sur Paris n’est en rien une surprise. L’indicateur UBS de risque de bulle immobilière, appliqué à 25 grandes villes dans le monde, fait ressortir Paris comme étant à fort risque de correction des prix, loin devant New-York ou encore Londres.

Publié le

 Des hausses de prix de l’immobilier à 2 chiffres !

Moscou, Stockholm et les villes du Pacifique—Sydney, Tokyo et Vancouver—ont enregistré une croissance des prix à deux chiffres. Les marchés européens du logement sont encore chauds et les déséquilibres sont vertigineux. Le risque d’une explosion de la bulle immobilière est plus fort que jamais. Ainsi, la ville de Paris est désormais listée comme présentant un risque majeur de chute des prix de l’immobilier. L’écart entre revenus et prix de l’immobilier étant intenable.

Indice UBS de bulle immobilière Sept 2021 (c) UBS


Le Global Real Estate Bubble Index (GREBI) d’UBS (Indice de Bulle Immobilière) indique le niveau de risque de bulle immobilière pour 25 grandes villes. Un indice supérieur à 0.5 indique un risque de bulle. La zone rouge débute à 1.5. La ville de Paris, identifiée comme zone de bulle immobilière depuis 2019, continue d’être de plus en plus en position critique au fil des années.

 Les prix ont globalement augmenté, l’Europe comptant le plus de villes à risque

La zone euro s’avère être la région qui présente les marchés immobiliers les plus tendus. Munich et Francfort arrivent en tête de classement. Paris et Amsterdam les suivent de près et glissent en zone à risque de bulle immobilière aux côtés des deux villes allemandes. De même, Zurich, Toronto et Hong Kong affichent des déséquilibres importants.

 Bulle immobilière : Paris en zone rouge

Zurich se retrouve pour la première fois parmi les villes à risque de bulle immobilière, tandis que Genève reste surévaluée. Le marché immobilier allemand est quant à lui au bord de l’explosion. Après les déboires de Berlin, même Francfort connaît une frénésie immobilière totalement irrationnelle, liée principalement au placement de liquidités afin de fuir l’inflation galopante.

Avis

Vos avis : Bulle immobilière : Paris en zone rouge, loin devant New-York ou Londres, selon UBS
Notation : /5